Blog de Robert Sebille


Vers mon curriculum vitae - Conception

Accueil > Films > Elephant.

Robert Sebille

Elephant.

samedi 24 février 2007, par Robert

Film américain réalisé par Gus Van Sant, sorti en 2003. Palme d’or et prix de la mise en scène au festival de Cannes, prix de l’Education Nationale (française), prix Léon Moussinac du meilleur film étranger.

Affiche du film Elephant

En bref, le film est basé sur la tragédie du collège de Columbine, où en 1999, deux étudiants ont tirés sur tout ce qui bougeait dans le lycée, faisant une douzaine de victimes, et traumatisant littéralement les américains des Etats Unis.

Contrairement à l’approche socio-politique militante du célèbre film "Bowling for Columbine" du réalisateur Michael Moore, l’approche est ici anthropologique, - quasi intimiste -, mais percutante tant dans son absence de jugement sur "les choses", que dans la mise en scène ou la manière de filmer.

On a déjà beaucoup écrit sur cet authentique chef d’oeuvre de Gus van Sant, et, plutôt que de redire, je renvoie ci-dessous(1) vers des sites qui en parlent de manière parfois très fouillée et surement plus compétente que moi.

Je me contenterai d’une remarque qui, à mon grand étonnement, apparait peu sur le net, car cela m’a frappé d’emblée : La proximité de ce film - basé sur un drame réel - avec le brulot - imaginaire, lui -, "if", de Lindsay Anderson, sorti en1968 et Palme d’or du festival de cannes 1969. Si dans "If", il s’agit là d’un autre sujet (une satire acerbe des "high schools" anglaises), cependant dans les deux films, l’affaire finit par une révolte armée où des adolescents tirent sur "tout ce qui bougent".

A l’époque, le film "if" a fait scandale en Angleterre. Moi, en ce temps-là , j’étais adolescent, et j’avais - évidemment - beaucoup aimé le film de Lindsay Anderson. Cependant, si "on" m’avait dit - à moi, et sans doute à n’importe qui - que 30 ans plus tard ce genre de réactions quitterait les limbes de l’imaginaire pour devenir un fait divers réel tragique, je crois bien que personne n’aurait cru un instant le dénommé "on" ! Et pourtant, aujourd’hui, cette violence débridée est bien devenue réalité.

Alors, qu’est-ce qui a bien pu changer à ce point ?

Différence entre les 2 films, dans If, les adultes sont autoritaires et (vécus, présentés comme) oppresseurs, alors que dans Elephant, ils sont curieusement absent ou soumis ! Faut-il voir dans cette absence une des causes du drame de Columbine ? Il y a bien sûr la question énoncée par Michael Moore dans son film Bowling for Columbine : « Pourquoi le nombre d’homicides par arme à feu est il proportionnellement plus élevé aux Etats Unis que dans les autres pays ?(2) », qu’il tend à attribuer au moins en partie à la "parano" chronique des américains. Pourtant moi, je n’écarte pas aussi vite mon hypothèse de manque d’autorité (véritable, c-à-d reconnue comme référentielle) des adultes. Car, entre étouffement (dans if) et abandon (dans Elephant), il y a ce pendant un point commun : l’autorité des adultes est curieusement devenue illégitime.

Je ne pourrais pas prouver que c’est la cause du drame, mais je doute qu’on puisse également me prouver le contraire...