Blog de Robert Sebille


Vers mon curriculum vitae - Conception

Accueil > Historiettes > A l’occasion de mon départ de Banlieues et Lire et Ecrire.

A l’occasion de mon départ de Banlieues et Lire et Ecrire.

Robert Sebille

vendredi 25 mars 2011, par Robert

A la manière de Léo Mallet.

à Banlieues & Lire et écrire. Le jour de mon départ, j’ai reçu un plateau largement garni de délicieux fromages, et accompagné d’un nombre certain de bonnes bières, ça méritait bien un petit texte ...

Le lendemain matin de mon départ, je me levai dans une forme qui ressemblait à un tableau de Picasso, mais en pire. Faut dire que la veille au soir, on avait fait la bringue rue Mouffetard dans le 5ème, le commissaire Florimond Faroux et moi. Et sur ce point, c’est quelqu’un, Florimond. Dans le milieu des troquets, on le surnomme "Rudy la descente", c’est vous dire la stature du bonhomme !

Expérimenté sur la question, je naviguai au radar jusqu’à la boite aux lettres, histoire de voir si il n’y avait pas une facture susceptible de me remettre du plomb dans le ciboulot. Ca n’était pas mon jour de chance, dans le couloir, je tombai sur la vielle rombière d’à coté qui me mirait avec les yeux d’un tigre du Bengale. Elle jacta :
- Monsieur Burp’sma, il y a une odeur qui sort de votre appartement.
Sur mes gardes, je lui répondis :
- Burma, Madame, pas Burp’sma. C’est surtout une odeur de mazout qui monte de la cave, que je sens.
Mais elle ne désarma pas :
- Monsieur Burp’sma, ça n’est pas le mazout, c’est le fromage que ça sent !

Moi, c’était surtout la moutarde que je sentais me monter au nez. Je répliquai, jovial comme un pigeon lourdingue :
- Ah oui, c’est rapport à mon boulot, à Banlieues et Lire et Ecrire. Ils ont organisé une petite fête pour mon départ. Ils m’ont offert quelques fromages et boissons vitaminées. Et aussi un superbe chèque-livre à la librairie "Les Yeux Gourmands".
Je sentis bien que je m’enfonçais comme un Titanic qui aurait mis un iceberg dans son rhum Saint-James. D’habitude, c’est moi qui mène l’enquête, ici, c’était moi l’enquêté, pour rester poli. Instinctivement, je cherchai ma bouffarde dans ma poche, et bien sûr ne la trouvai pas, ce sacripant de Florimond avait réussi à me convaincre d’arrêter de fumer, il y a quelques années déjà. La virago sauta sur l’occasion comme la vérole sur le bas clergé :
- Vous quittez votre travail ? Ca ne m’étonne pas qu’ils vous font la fête ! Quant à vos yeux, pas besoin de me préciser où se situe le niveau de votre gourmandise !

Manifestement, elle ne fumait pas que du tabac, mais j’avais une revue d’éléphants dans la tête et je tentai une diversion :
- Entrez donc prendre une tasse de café ? ou peut-être un doigt de thé ?
La commère s’adoucit et accepta. Elle entra, et là, je commis une erreur, j’ouvris la porte du frigidaire. Je crois savoir ce qui la suffoqua le plus. Un bon détective doit savoir sentir, si j’ose dire ici, ces choses là. Ce ne fut pas tant les effluves des délicieux fromages qu’on m’avait offert, que la vue des 22 bouteilles de bières fortes accompagnant le paquet cadeau, et qui maintenant occupaient la majeure partie des étages de l’engin, qui étrangla la harengère. Elle me dit d’une voix qui aurait fait frémir un conseil des ministres :
- Mais, monsieur Burp’sma, vous buvez !

Sans doute par un phénomène atmosphérique naturel du à l’ouverture de ma glacière, la température de mon pigeonnier avait chuté de plusieurs degrés. Tel le maréchal Victor bloqué par Tchitchagov au pont de Borisov sur la Bérézina, je cherchai une échappatoire :
- Oh, vous avez vu ? ils m’ont aussi mis du saucisson ! Vous en voulez un morceau ? Il semble si bien aller avec la couleur de votre robe !
Bingo, la mégère aimait ça. Après une brève interprétation d’un concerto en lamineur pour thé et saucisson, le calme semblait revenir dans le quartier, et elle s’apprêtait à regagner ses pénates.
- Monsieur Burp’sma, si vous avez un problème avec le chèque-livre qu’ils vous ont offert pour votre départ, je peux vous le racheter, mais à 50% du prix, bien sur. Finalement, vous êtes un drôle de rastaquouère, dit-elle en franchissant le seuil.
- Burma, Madame, Nestor Burma, répondis-je en fermant la porte, et en réfléchissant dans mon for intérieur que le rachat du chèque-livre, elle pouvait se le ranger dans ses papillotes.

Avant de tirer le verrou, je pensai pensivement comme Fernandel dans Folâtrerie : pas d’erreur, j’ai eu bien peur !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.